Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Un distributeur de médicaments connecté

DSIH, Damien Dubois, MARDI 08 SEPTEMBRE 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L’Institut du cancer Sainte-Catherine d’Avignon va expérimenter un distributeur de médicaments connecté afin de sécuriser le conditionnement de ces derniers et assurer en temps réel la juste dispensation de la dose prescrite.

Fin août, l’Institut du cancer Sainte-Catherine d’Avignon a annoncé le démarrage d’une expérimentation sur l’usage d’un distributeur de médicaments connecté « qui modernise et sécurise le conditionnement des médicaments, qui assure en temps réel la juste dispensation de la dose de médicament prescrite et qui connecte 24/7 le patient avec les professionnels de santé qui assurent son suivi et sa sécurisation », selon son communiqué daté du 31 août.

Augmenter la sécurité et réduire le gaspillage

Pour ses concepteurs, la délivrance des médicaments en boîtes, blisters ou piluliers à casiers tuent directement ou indirectement des centaines de milliers de personnes tous les ans et sont sources d’erreurs de dispensation dans 57 % des cas. 10 % des complications graves conduiraient à des décès, soit 10 000 par an en France.

L’autre enjeu est la lutte contre le gaspillage, le manque d’observance et les contrefaçons de médicaments, lesquelles, sans conditionnement sécurisé, représenteraient aujourd’hui 200 milliards de dollars. « Nous allons pouvoir proposer aux patients en traitement à domicile des capsules sécurisant le conditionnement des médicaments à partir d’une gestion électronique et un distributeur de médicaments connecté, intelligent, discret et mobile », explique Roland Sicard, président de l’Institut Sainte-Catherine, lors de la conférence de presse du 31 août.

Therapy Smart System

Thess, pour « Therapy Smart System », est une solution intégrée de dispensation de la juste dose de médicament prescrite qui connecte en temps réel et en continu le patient aux professionnels de santé, via des applications de télésurveillance et de monitoring. Elle combine un distributeur, ressemblant à un smartphone, à des capsules contenant les médicaments.

Le système communique en temps réel avec les logiciels de télémédecine et de télésurveillance pour sécuriser le patient et ajuster les doses prescrites ou les combinaisons de médicaments au regard de l’état du patient. Elle peut ainsi être particulièrement utile dans le cadre d’une chimiothérapie orale à distance.

Pour une meilleure qualité de vie du patient

Selon le communiqué de l’Institut, les études cliniques menées des deux côtés de l’Atlantique ont démontré les impacts positifs de ce type d’organisation des soins et de sécurisation des traitements à domicile sur l’efficacité du traitement, sur la réduction des hospitalisations pour complications et sur la qualité de vie du patient.

Thess est développée conjointement par La Valériane, start-up dirigée par Roland Sicard, et SGH Healthcaring, fabricant de DM dans la plasturgie pharmaceutique. Elle est le résultat de cinq ans de recherche en collaboration avec les équipes de pharmacie clinique et de soins de l’Institut Paoli-Calmettes et l’Institut Sainte-Catherine.

Ils seront les deux premiers établissements français de cancérologie à tester cette innovation auprès d’une centaine de patients à partir de janvier 2021, sachant que, selon Roland Sicard, « le volet télésurveillance et monitoring est déjà expérimentée depuis deux mois ». Des expérimentations seront également menées dans deux établissements de cancérologie américains, sous la supervision du Georgia Tech Research Institute à Atlanta, auprès également d’une centaine de patients. Les autres hôpitaux devraient pouvoir accéder à la solution à partir de juillet 2021.

dispensation, cancer, patient, télésurveillance, cancérologie, médicament