Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Déployer l’e-santé en hospitalisation à domicile

DSIH, Damien Dubois, MARDI 03 NOVEMBRE 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le 26 octobre, la FNEHAD a annoncé la sortie du Livre blanc de l’e-santé en HAD, élaboré en partenariat avec la Société française de santé digitale (SFSD). Il ambitionne de placer lhospitalisation à domicile à l’avant-garde du numérique en santé.

L’activité d’hospitalisation à domicile (HAD) est en forte progression en France. Pour la Fédération nationale des établissements d’hospitalisation à domicile, la FNEHAD, l’e-santé joue un rôle stratégique dans cette croissance et le développement futur des établissements d’HAD. Ainsi, 83 % de ces structures sont informatisées, 69 % sont équipées en messagerie sécurisée de santé et 18 % utilisent une solution de téléconsultation, alors que le recours à de tels programmes était quasi nul en 2010.

Les atouts de l’HAD

Comme pour l’ensemble des professionnels de santé, la gestion de la Covid-19 en HAD a accéléré l’appropriation des outils numériques dans leur ensemble, aussi bien chez les salariés que chez les libéraux. Les retours d’expérience recueillis par la Fédération montrent le bénéfice que retirent les patients de la coordination des interventions des acteurs et de la traçabilité des soins. Pour accompagner ce mouvement, la FNEHAD, en partenariat avec la Société française de santé digitale (SFSD), a rédigé Le Livre blanc de l’e-santé en HAD afin de faire connaître l’apport des usages et des solutions dans l’amélioration concrète de la santé des patients, quel que soit leur lieu de vie, dans des conditions de qualité et de sécurité optimales.

En 2009, la FNEHAD avait publié un premier document sur le sujet : Livre blanc des systèmes d’information en HAD. Pour aller plus loin, une Mission Systèmes d’information et numérique (MSIN) a été constituée. Des travaux ont été menés avec la SFSD en 2018 et 2019 pour aboutir à ce document auquel a pris part une trentaine d’experts de l’HAD et de disciplines différentes.

L’état des lieux et la présentation du cadre général des usages et des réglementations, qui tient notamment compte des mesures dérogatoires déployées pour lutter contre l’épidémie, se conclut sur deux constats :

  • L’e-santé peut constituer une réponse à de nombreux besoins métiers (exercice à distance et en mobilité, coordination d’acteurs multiples, facilitation des échanges…) ;
  • L’HAD permet d’envisager un déploiement pertinent de l’e-santé au regard des garanties en termes de compétences et de sécurité (équipe pluriprofessionnelle, certification par la Haute Autorité de santé…), d’autant qu’elle est présente sur l’ensemble du territoire, avec l’obligation d’une continuité des soins, qui garantit une capacité d’analyse, d’alerte ou d’intervention dans les cas où la technologie le requiert.

Malgré ces atouts, la FNEHAD constate que l’utilisation de la télémédecine et des objets connectés est insuffisante : 18 % seulement des structures d’HAD déclarent avoir déployé une solution de télémédecine. De plus, l’absence de prescription électronique généralisée complique l’informatisation effective de la prescription. Par ailleurs, seulement 3 % des établissements déclarent utiliser des objets connectés.

Les recommandations de la FNEHAD

Dans une seconde partie, le livre blanc détaille une cartographie des usages actuels et potentiels de la télésanté, de la coordination à distance et du télésuivi en HAD, basée sur les six étapes du parcours de soins en HAD : préadmission, entrée, suivi de la prise en charge, continuité des soins, réhospitalisation (le cas échéant), sortie.

Il émet enfin une série de recommandations en s’adressant à différentes cibles :

  • Les patients, aidants et représentants d’usagers :

o   Soyez attentifs, mais non craintifs ;
o   Exprimez-vous et faites valoir vos droits ;
o   Représentants des usagers, impliquez-vous dans ces projets.

  • Les établissements et professionnels d’HAD

o   Investissez le champ de la santé numérique et de la télésanté ;
o   Procédez avec méthode.

  • Les pouvoirs publics et institutionnels

o   Soyez garants du cadre et levez les incertitudes ;
o   Pensez davantage et d’emblée au domicile et à l’HAD dans les projets structurants du numérique en santé ;
o   Accompagnez les acteurs sur le terrain.

  • Les industriels et éditeurs

o   Intégrez l’e-santé dans le SI HAD.

De son côté, la FNEHAD s’engage à pérenniser son action en matière d’e-santé tant en coordonnant la démarche qu’en associant des professionnels de l’HAD et des sachants externes ainsi que des étudiants pour conduire des recherches ou des études spécifiques. Elle s’engage à s’appuyer sur ses adhérents pour favoriser les échanges de bonnes pratiques et les retours d’expérience de même que les rencontres entre professionnels et industriels ou start-up. Elle proposera également des formations à la gestion de projets et à la pratique de l’e-santé.

Coéditrice du livre blanc, la SFSD s’engage également à pérenniser son soutien aux usages de santé numérique et de télésanté dans le champ de l’hospitalisation à domicile, par la promotion de bonnes pratiques de santé numérique, avec l’ensemble des acteurs concernés, à travers son congrès annuel et ses formations multidisciplinaires dédiées.

hospitalisation, numérique, had, télémédecine, télésanté