Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

L’espace numérique de santé attribué à Atos et Octo Technology

DSIH, Damien Dubois, MARDI 12 JANVIER 2021 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Atos, entreprise de services numériques, et Octo Technology, cabinet de conseil IT, ont remporté, fin 2020, l’appel d’offres de la Caisse nationale de l’assurance maladie sur l’espace numérique de santé.

Fin décembre, le Bulletin officiel des annonces des marchés publics a publié son avis pour l’attribution du marché de l’espace numérique de santé (ENS), dont l’appel d’offres avait été lancé par la Caisse nationale de l’assurance maladie (Cnam) en mai 2020.

Réalisation, hébergement, exploitation et maintenance

Ce marché concerne la réalisation, l’hébergement, l’exploitation et la maintenance du dispositif ENS pour une durée de trois ans.Selon l’appel d’offres de mai, il intégrera la gestion de l’ENS, avec une identification numérique et une gestion d’habilitations pour les différents services (échanges par messagerie, agenda, store, sites institutionnels, outil du support).

Le marché s’élève à 130 millions d’euros et est susceptible d’être sous-traité. En effet, l’accord-cadre sera exécuté par bons de commande et ouvre la possibilité de conclure un accord-cadre de prestations similaires. La valeur totale finale du ou des marchés ne peut donc être précisée à ce stade. Les projets ont d’abord été évalués pour leur qualité technique (60 %), puis pour leur coût (40 %). Ils doivent être certifiés HDS sur l’ensemble des six thèmes couvrant la certification d’hébergeur infogéreur et d’hébergeur d’infrastructure physique.

Six offres de prestataires

La Cnam a reçu six offres et en a retenu quatre pour les négociations. Finalement, le marché, conclu le 30 novembre, a été attribué à un groupement d’opérateurs économiques. Celui-ci est composé de deux filiales d’Atos, spécialisées dans le conseil en systèmes et logiciels informatiques, Atos Intégration et Atos Infogérance, ainsi que d’Octo Technology. Atos est un acteur de la transformation digitale, axé notamment sur le Cloud, la cybersécurité et les supercalculateurs. Octo Technology, quant à lui, est un cabinet de conseil et de réalisation de systèmes d’information et d’applications pour les entreprises.

L’ENS, une même plateforme pour une diversité de services

Cette annonce de fin décembre intervient après un an de crise sanitaire et à la veille de 2021, « Année du citoyen » selon le vœu de Dominique Pon et Laura Létourneau, responsables ministériels du Numérique en santé, avec comme point d’orgue le développement de l’ENS. Ce dispositif a été annoncé en septembre 2018 lors de la présentation de la réforme « Ma santé 2022 », pour réunir, sur la même plateforme, tous les services existants.

Avec l’ENS, chaque usager disposera gratuitement d’un compte personnel en ligne avec les principales données générées par les actes médicaux remboursés. En plus du DMP, l’ENS rassemblera les données administratives du patient, ses données de santé (comptes rendus hospitaliers, résultats d’analyses, ordonnances, etc.) susceptibles d’améliorer son suivi médical, un agenda numérique de santé, des outils permettant des échanges sécurisés avec les professionnels de santé et l’ensemble des données relatives aux remboursements des dépenses de santé en intégrant ameli.fr.

Bénéfices attendus

La France espère ainsi compenser son retard en termes de services numériques de santé coordonnés et interopérables. Le premier bénéfice de cet accès facilité aux données de santé par les patients, dont le rôle actif est ainsi renforcé, mais aussi par les professionnels de santé, concerne la prise en charge. L’impact devrait également être positif sur les dépenses de santé avec une réduction des examens complémentaires redondants, une diminution des prescriptions excessives d’actes médicaux et de médicaments et une baisse du nombre des erreurs médicales.

Le lancement des expérimentations de l’ENS est prévu pour juillet 2021 et concernera environ 1,3 million de personnes, d’après la loi d’accélération et de simplification de l’action publique. La création de l’ENS devrait être automatique dès janvier 2022, sauf opposition du patient, et intégrera le dossier médical partagé, là aussi sauf opposition de sa part.

numérique, atos management, technology, HDS, patient, cnam, données de santé