Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Comment Enovacom remonte automatiquement les données des dispositifs biomédicaux dans le dossier patient ? (Communiqué)

Enovacom, LUNDI 18 JANVIER 2021 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

100 % logicielle, la solution est indépendante des constructeurs de dispositifs médicaux et des éditeurs de logiciels cliniques ou solutions métiers. En s’appuyant sur l’expertise acquise au cours de ces 18 années passées dans le domaine de l’interopérabilité, Enovacom a mis au point une plateforme d’interopérabilité biomédicale capable de collecter et remonter automatiquement les données des dispositifs biomédicaux directement dans le dossier patient.

L’objectif : éliminer les tâches administratives chronophages, et ainsi éviter les erreurs de transcriptions et de ressaisies initialement manuelles, améliorer le suivi de l’état de santé du patient, mais surtout faire gagner du temps aux équipes médicales. De ce fait, les infirmières et le personnel soignant des structures équipées peuvent se concentrer sur leur cœur de métier : le soin.

« Notre solution recueille les données au format propriétaire et les transforme en s’appuyant sur des standards d’interopérabilité internationaux (standard HL7 et les profils IHE) », souligne Isabelle Verne, Product Marketing Manager chez Enovacom.

 

Une solution adaptée à une multitude d’appareils

Pour communiquer avec les différents dispositifs médicaux du marché, la solution recense plus de 80 librairies de communication, compatibles avec près de 400 références. « Le plus souvent, on retrouve des moniteurs physiologiques, des ventilateurs, des électrocardiogrammes ou des systèmes de perfusion, des machines de dialyse… Mais nous avons la capacité d’étendre encore notre champ d’action grâce au référencement régulier avec les constructeurs de dispositifs biomédicaux », précise Romain Bousquié, ingénieur avant-vente spécialisé dans l’interopérabilité biomédicale.

La force de la solution d’interopérabilité biomédicale d’Enovacom réside dans sa capacité à s’intégrer facilement à tous les appareils présents dans les services de soins. Là où d’autres solutions ont besoin d’équipement matériel supplémentaire pour centraliser et automatiser la remontée de données, Enovacom mise sur le tout logiciel afin de faciliter la mise en place et l’utilisation de la solution du service.

Que ce soit dans un service de réanimation, un bloc opératoire ou une salle de réveil, le personnel soignant doit surveiller de nombreux dispositifs médicaux de manière simultanée. « L’un des objectifs de l’interopérabilité biomédicale est de fluidifier le partage et les échanges des données de santé du patient pour automatiser la collecte et l’intégration des données de santé et d’éviter les erreurs de relève et de saisie des informations ». 

Offrir du temps aux soignants, diminuer la charge mentale et le stress liés à la collecte des données, se concentrer sur des tâches à haute valeur ajoutée, le soignant peut alors se recentrer sur son cœur de métier : le soin.

Les données de santé : une mine d’or d’information

Avec ce flux de données constant, le personnel médical crée une véritable mine d’or d’informations. Pour aller plus loin que la prise en charge à l’instant “t” du patient, ces données peuvent être stockées, analysées et comparées les unes aux autres afin de faire avancer la recherche scientifique et d’amélioration des traitements. 

« Il est évident que la prochaine étape de notre solution est de pouvoir la connecter à des gisements de données. Nous pouvons déjà le faire et il faut continuer dans cette démarche », anticipe Isabelle Verne. Une fois la matière première concentrée dans ces “lacs de données”, des algorithmes d’intelligence artificielle peuvent exploiter la valeur de ces données, selon les besoins du personnel soignant.

Pour en savoir plus sur ce dossier, téléchargez notre guide complet sur cette solution en suivant ce lien : https://www.enovacom.fr/guide-tout-savoir-sur-linteroperabilite-biomedicale-chez-enovacom.html

enovacom, patient, dossier patient, dispositifs médicaux, cliniques, logiciels, soignant, données de santé, HDS