Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

En Europe, les TIC doivent se féminiser

DSIH, LUNDI 14 OCTOBRE 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La Commission Européenne souhaite voir plus de femmes intégrer le secteur des TIC, car elles y sont sous-représentées, comme le montre un rapport qu'elle a publié récemment. Elle émet dans ce document des propositions susceptibles de les attirer, avec en filigrane les bienfaits de la présence des femmes pour doper l'économie de ce secteur.

 

La Commission Européenne a publié, le 3 octobre 2013, un rapport sur le rôle des femmes dans le secteur des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC), qui démontre qu'elles sont une minorité travaillant dans ce secteur au sein du vieux continent.

 

Les femmes cadres encore moins nombreuses que dans les autres secteurs

Parmi les résultats les plus significatifs de l'enquête, on apprend que sur 1000 diplômées de premier cycle, elles ne sont que 29 seulement dans le secteur des TIC, contre 95 hommes. On retrouve également un faible ratio quant aux postes d'encadrement, avec 19,2% de travailleurs dépendant d'une chefferie féminine. Les femmes sont sous-représentées dans les postes de cadres, encore plus que dans d'autres secteurs, mais également dans le panel des travailleurs indépendants et chefs d'entreprises, puisqu'elles ne sont que 19%, contre 31% pour l'ensemble des secteurs d'activité.

L'étude explique ce phénomène par les traditions culturelles et stéréotypes, les garçons étant, à l'adolescence, plus attirés par l'électronique que les filles, mais aussi par des facteurs socio-psychologiques et un environnement fortement masculin. C'est ainsi qu'elles sont très nombreuses à quitter la filière au bout de quelques années.

 

Des propositions pour attirer les personnels féminins

Le rapport propose également quelques axes de travail pour inciter les femmes à investir l'industrie des TIC, ce qui serait, dit-il, susceptible d'augmenter significativement le PIB européen. Il préconise des actions de communication pour restaurer le secteur auprès des femmes, comme des programmes d'enseignement européens harmonisés, un accès plus facile aux programmes "capital d'amorçage" et "capital-risque" pour les futures patronnes, une amélioration des conditions de travail dans le champ des TIC. Autre argument de poids, la Commission Européenne prévoit de diffuser les caractéristiques salariales du secteur, qui sont 9% plus élevées qu'ailleurs, ainsi que la multitude de postes susceptibles d'être créés prochainement.

 

 

 

tic