Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Le CH de Pontoise évalue le télésuivi dans l’insuffisance cardiaque

DSIH, MARDI 17 DéCEMBRE 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

« L’impact de l’insuffisance cardiaque sur la santé (forte mortalité), la qualité de vie des patients (hospitalisations) et le système de santé (coûts induits) justifie la mise en œuvre de stratégies innovantes, ce d'autant plus que près de 30% des hospitalisations sont liées à un retard de prise en charge », rappelle le Pr Patrick Jourdain. 

 

Le cardiologue du CH René Dubos, à Pontoise, est connu pour ses travaux sur le biomarqueur BNP (1). Il a lancé le programme PIMPS (Plateforme Interactive Médecin Patients Santé) dans le cadre de l’appel à projets Télémédecine 2012 de l’ARS Ile-de-France. La plateforme, développée par BePatient, permet d’associer formation des professionnels, renforcement éducatif des patients, télésurveillance (symptômes, poids, BNP) et suivi thérapeutique. Premier objectif : évaluer ce mode de prise en charge via une étude incluant 330 patients insuffisants cardiaques randomisés en trois groupes (un groupe « télésuivi clinique», un groupe « télésuivi et monitorage du BNP » et un groupe contrôle).  L’étude est centrée sur l'autosurveillance par le patient de son taux de BNP, élément pronostic clef dans l'insuffisance cardiaque. « Il a changé la prise en charge de cette maladie en divisant l’indécision clinique par 4 », a souligné le Pr Jourdain, à l’occasion du 6e congrès de l’ANTEL.

 

Les infirmières conseils du centre d’accompagnement Cordiva (mis en œuvre par l’opérateur Alere), organiseront le suivi téléphonique régulier des patients, les alerteront sur les risques de décompensation cardiaque et participeront à leur suivi éducatif.

 

D.L.

(1)   Hormone sécrétée dans le sang par les cellules cardiaques en réponse à une dégradation de la fonction cardiaque