L'attaque du CHU de Rouen n'est pas une 1ère.Comme vousl'avez cité, celle ayant touché le 12 mars dernier 600 postes au CHU de Montpellier est du même acabit. Ce qui en revanche immédit à Rouen, c'est la prise de décision dans la crise d'arrêter l'ensemble des SI et de ne redémarrer celui-ci qu'avec examen au microsocope de chaque élément le constituant. D'ailleurs cette mesure n'est pas non sans rappeler les décisions qu'avaient pris quelques CHU de couper intégralement tous leurs canaux numériques lors de la survenue de l'attaque NotPetya (isolment complet des SI internes vis à vis des autorités, des partenaires et bien-sûr d'Internet.

Par ailleurs,il n'est pas pensable de dire qu'aucunes des 42 mesures d'hygiènes informatiques de l'ANSSI n'est applicable,ne serait-ce que la1ère éprise du plus grand bon sens "Former les équipes opérationnelles à la sécurité des systèmes d’information"

Au plaisir d'échanger
Message posté par FabianRODES (le mercredi 27 novembre 2019 à 22:16:21

Répondre à ce commentaire