Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Et s’il fallait (vraiment) repenser le marché des SI de santé ? Épisode 2/2

DSIH, Propos recueillis par Delphine Guilgot, MARDI 19 SEPTEMBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Xavier Augay est président fondateur d’Icanopée, une entreprise d’édition de logiciels spécialisée dans la mise en œuvre de solutions pour simplifier les relations entre professionnels de santé et patients. Il revient avec nous sur l’actualité particulièrement dense de l’e-santé et ses enjeux. GHT, DMP, lien ville-hôpital, objets connectés…, il nous expose une vision de l’avenir en dehors des chemins (re)battus. Une série en deux épisodes.

Quelle(s) serai(en)t selon vous la ou les solutions aux problématiques du secteur ?

D’abord, privilégier l’innovation d’usage. S’ils sont loin d’être nos modèles, nous devrions tout de même nous inspirer des « géants du Web » qui appuient leur stratégie sur l’expérience utilisateur. Il suffit d’observer les taux d’adoption des technologies par les professionnels de santé pour s’en rendre compte. Il faut également mettre fin aux exigences normatives comme préalable à tout projet. C’est pour moi un postulat qui va favoriser l’émergence de nouveautés dans ce marché. Nous devons sortir de la culture de la propriété, en incitant les éditeurs à mettre à disposition des systèmes d’information et des infrastructures ouverts et accessibles. La coconstruction et le codéveloppement entre éditeurs sont sans aucun doute l’avenir. Il n’y a qu’à voir la difficulté des entreprises du secteur à attirer des talents du développement informatique, qui préfèrent se presser vers le monde des start-up, capable d’offrir une ambiance de travail, une émulation… et des conditions financières valorisantes en permettant l’accès au capital. Enfin, ma dernière proposition est de mettre fin aux « vraies » contraintes d’accès au marché des SI de santé. Il faut revoir les conditions de l’achat public pour favoriser l’innovation. La situation favorise les grands acteurs qui ne sont pas des innovateurs disruptifs.

En quoi cette stratégie serait-elle plus pertinente et plus efficace ?

En libérant l’utilisateur final des contraintes, nous pourrons créer les conditions de l’acceptation des outils informatiques par les praticiens, leurs personnels et les patients. En libérant les énergies et les initiatives, nous permettrons une meilleure adoption des outils numériques dans l’optique de fluidifier le parcours de soins. Nous ne remplacerons pas la force du lien qui unit patient et professionnel de santé. Mais le partage de la donnée médicale suscitera pour les professionnels de nouvelles opportunités et contribuera à une meilleure prise en charge des patients, j’en suis convaincu.

logiciels, dmp