Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Les infirmiers libéraux, moteurs pour la télémédecine

DSIH, DL, LUNDI 18 MAI 2015 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les infirmiers libéraux font preuve d’une ouverture supérieure à la moyenne des professionnels de santé libéraux lorsqu’on les interroge sur leur usage actuel ou potentiel de la télémédecine.

La télé surveillance et la télé assistance recueillent tout particulièrement leurs suffrages, selon l’Observatoire CMV Mediforce 2015 (1). 10% interviennent en télé assistance et 57% imaginent qu’elle fera un jour partie de leur pratique. Tandis que la télé surveillance est déjà une réalité pour 8% d’entre eux et 57%, là encore, déclarent qu’elle va certainement le devenir (2). « Professionnels nomades par excellence, et souvent équipés d’une tablette ou d’un smartphone à titre professionnel, les infirmiers voient dans ces deux modalités une manière d’être en lien avec la communauté médicale, commente justement l’auteur de l’étude. Et peut-être aussi l’opportunité d’enrichir leur pratique en renforçant leur expertise. »

Chez les médecins libéraux, la télé expertise (3) recueille le plus d’adhésion : 20% l’exercent déjà et 52% pensent qu’elle s’intégrera à leur pratique à l’avenir. C’est la perspective du développement de la télé assistance qui progresse le mieux entre 2013 et 2014 chez cette catégorie de professionnels.
Sans surprise, les radiologues confirment leur appropriation de la pratique de la télé-expertise, affichée pour 20% d’entre eux.

Internet, un moyen de s’adapter
L’observatoire, qui sonde annuellement le « moral » des libéraux et l’évolution de leurs relations avec leurs patients, note que les biologistes évoquent l’utilisation d’Internet comme un vrai moyen de s’adapter aux attentes nouvelles de leurs patients. 28 % de ceux qui disent essayer de s’adapter aux changements citent le fait qu’ils développent des sites internet et/ou une transmission plus rapide des résultats via Internet. L’émergence d’Internet apparaît également positive aux yeux des radiologues pour qui c’est « plutôt une bonne chose, ça facilite le dialogue car les patients savent mieux de quoi on parle ou ce qu’ils veulent ».

A noter enfin, pour tous ceux qui s’intéressent à l’actualité de la télémédecine : la naissance d’un site web intitulé Télémédecine 360 (http://www.telemedecine-360.com). Il vient d’être lancé par Robin Ohannessian, médecin de santé publique, membre de la société française de télémédecine (SFT) et membre de la société internationale de télémédecine (ISFTeH).

 

(1)  Les résultats complets : http://www.cmvmediforce.fr/wordpress/wp-content/uploads/2015/03/cmv-scan-2015.pdf

(2)  L’Observatoire retient les définitions suivantes : -télé assistance : un professionnel assiste un autre professionnels à distance au cours de la réalisation d’un acte -télé surveillance : un médecin surveille et interprète à distance les paramètres médicaux d’un patient ; l’enregistrement et la transmission des données peuvent être automatisés ou réalisés par le patient lui-même ou par un professionnel de santé

(3)  Télé expertise : un médecin demande à distance l’avis d’un ou de plusieurs confrères sur la base des données médicales partagées par voie électroniques

 

télémédecine, patient, radiologues