Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

En Moselle, on améliore la prise en charge avec les lunettes connectées

DSIH, Delphine Guilgot, LUNDI 13 FéVRIER 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le Centre hospitalier régional de Metz teste depuis plusieurs mois les lunettes connectées développées par AMA, société bretonne certifiée Google™ « Glass at Work ». Centre 15, ambulances, Ehpad…, l’expérience touche plusieurs secteurs pour lesquels l’usage de cette innovation se révèle particulièrement intéressant.

 Glass at WorkTout a commencé en août 2016. Le Dr Khaled Habchi, assistant chef de clinique au CHR de Metz sur le site de Mercy, voulait avoir la preuve sur le terrain des apports des lunettes connectées pour la prise en charge des patients. Quoi de mieux pour cela que de lancer la phase expérimentale à partir du Smur qui se trouve confronté au quotidien aux difficultés tenant à la distance ? En six mois, ce sont ainsi plus d’une trentaine d’interventions extrahospitalières qui ont été menées. Sur un constat positif, l’expérience est alors reconduite dès le mois d’octobre avec les ambulances Jussieu Secours. Et, depuis quelques jours, ce sont au tour des infirmières de nuit des Ehpad du territoire de tester la solution !

« Aujourd’hui, des projets de télémédecine essaiment un peu partout, mais peu de publications existent sur les apports des lunettes connectées », confie le Dr Habchi. Le médecin a donc choisi de conduire sa propre évaluation. Une manière idéale pour s’approprier l’objet et le faire évoluer selon les besoins du terrain, d’un point de vue ergonomique par exemple. Et les premiers bilans sont positifs. « Les lunettes connectées ont notamment montré leur pertinence dans deux cas précis. Elles sont d’abord une aide précieuse dans les gestes de secours, pratiqués notamment au cours d’accouchements difficiles. Ensuite, lors d’un exercice attentat, elles ont permis aux intervenants de la cellule de crise d’avoir une vision globale de la situation et de prendre ainsi de meilleures décisions », explique le Dr Habchi.

Côté ambulanciers aussi, la preuve est faite. Pour Fabien Jacob, responsable d’exploitation des ambulances Jussieu Secours Moselle qui collaborent au projet avec le CHR de Metz, « les lunettes deviennent les yeux du médecin sur l’intervention. Elles permettent à la fois un meilleur diagnostic et une meilleure orientation du patient ». Certes, les ambulanciers auraient pu mal vivre l’arrivée de cette nouvelle technologie et avoir le sentiment qu’on ne leur faisait pas confiance, mais il n’en a rien été. « Au contraire », affirme Fabien Jacob, « l’usage des lunettes connectées nous permet de détacher les ambulanciers sur des situations plus complexes. Cela les valorise. C’est un plus pour l’évolution de la profession », confie-t-il.

Sur le territoire, l’expérimentation suit son cours. « Nous avançons étape par étape. De nombreux projets peuvent être imaginés à partir des lunettes connectées », précise le Dr Habchi. Voilà déjà un bon début.

hospitalier, chr


VIDAL