Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Des lunettes connectées… interconnectées !

DSIH, Delphine Guilgot, LUNDI 27 MARS 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Parce que proposer des objets connectés non interopérables n’a aucun sens, Ama, la société bretonne qui fait partie des dix entreprises dans le monde certifiées par Google™ « Glass at Work », ne travaille pas uniquement sur Xpert Eye, sa solution de lunettes connectées, mais aussi sur la manière de faciliter son interconnexion avec les autres systèmes d’information de santé.

Laurent-FIATDe plus en plus de professionnels de santé sont équipés de la solution mains libres de vidéoconférence mobile sur lunettes connectées Xpert Eye. Services des urgences, HAD… les domaines d’application sont variés. Pour accompagner ce développement, la start-up Ama s’est, dès le départ, impliquée dans le développement des outils qui vont en permettre un usage simplifié et transparent tout en assurant une communication exhaustive, fiable et sécurisée. Tout a commencé l’an dernier lors de l’appel à projets lancé par l’ARS de Bretagne pour développer les services associés à sa plateforme de télémédecine Sterenn. Ce fut l’occasion d’une rencontre avec Laurent Fiat, directeur de Vigimedis, éditeur de la solution Cutanet de gestion des plaies. « Nous avions un client commun, le HAD de Lorient », explique Laurent Fiat. « Pour qu’il puisse continuer à utiliser nos solutions, il nous fallait participer à la plateforme déployée par l’ARS de Bretagne, Sterenn, dont le cahier des charges nous obligeait à rendre nos données médicales communicantes. Ce travail a scellé notre collaboration », poursuit-il.

Côté technique, les éditeurs ont fait le choix de la solution Web Services car « elle est plus rapide à développer et à standardiser. La maintenance et les mises à jour sont simplifiées. Les appels sont protégés par des certificats SSL et hébergés par des hébergeurs de données de santé de l’établissement ou sur nos serveurs agréés », détaille Laurent Fiat.

Ce fut donc relativement simple. Les équipes de développeurs se sont rencontrées pour faire part de leur existant et se sont entendues sur un objectif commun. « Très rapidement, en deux semaines tout au plus, nous avons sorti le premier prototype. Nous avons travaillé sur un mode d’interopérabilité générique, valable pour tous les HAD, sans faire de spécificités », précise-t-il.

Car l’interopérabilité, c’est l’avenir ! « Se présenter avec une solution géniale, ça ne suffit pas », explique Laurent Fiat. « Il faut être capable de se connecter avec les autres. Beaucoup de directives vont dans ce sens. L’échange des données, c’est le b.a-ba ! », s’exclame-t-il. Afin de se tenir toujours prêt, Vigimedis suit donc avec attention les évolutions qu’AMA apporte régulièrement à Xpert Eye. Objectif actuel : faire directement remonter sur l’écran des lunettes les données présentes dans le logiciel. Les deux partenaires n’ont pas fini de faire parler d’eux.

had