Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Vers une consultation des droits intégrée

DSIH, Par Damien Dubois, MARDI 25 AVRIL 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Depuis juin 2016, le CH Delafontaine de Saint-Denis est le site pilote national pour l’intégration des services de l’assurance maladie dans les logiciels. Il s’agit d’optimiser le service de consultation des droits des patients avec l’appui de Pastel, un produit de gestion administrative du MiPih.

Consultation des droits…

La dématérialisation est l’un des leviers majeurs de gain d’efficience dans les établissements de santé. C’est l’enjeu du programme national Simphonie qui comprend différents chantiers dont le déploiement d’une solution de lecture de carte Vitale. Ce service de consultation des droits (CDR) permet notamment aux établissements de connaître les droits à jour d’un patient. D’après les chiffres de Sesam-Vitale, au 30 juin 2016, 2 732 établissements publics et privés avaient accès à ce navigateur.

Avec le CDR, après avoir consulté les droits sur le navigateur Internet, les agents doivent ressaisir les informations dans leur logiciel métier. Depuis juin 2016, une expérimentation de service CDR intégré (CDRi) est menée au CH Delafontaine de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, en partenariat avec le MiPih.

… intégrée

Avec le CDRi, toutes les données concernant les droits de la sécurité sociale sont mises à jour automatiquement y compris sur la Couverture maladie universelle (CMU) et la CMU complémentaire (CMUC). « Nous avons près de 36 % de patients relevant de couvertures “précaires” », explique Guillaume Chesnel, adjoint à la directrice du CH. « Cette particularité nous pousse à être doublement moteur en termes d’innovation pour faciliter le parcours des patients et sécuriser notre trésorerie. »

Réduction des rejets

L’objectif est d’accélérer la recherche des droits et de s’intégrer de façon ergonomique à l’outil de facturation. « Les rejets et les démarches de recouvrement sont significativement réduits. Dans le même temps, la trésorerie est mieux sécurisée », précise Mourad Attar, responsable de la facturation des consultations externes. Le gain pour le centre hospitalier est évalué à 50 000 euros de rejets en moins par mois. « Aujourd’hui, nous sommes passés sous le seuil de 1,5 %, c’est-à-dire de 800 rejets mensuels environ à 200. »

Un bénéfice partagé

Le Centre hospitalier de Saint-Denis a approché les 120 000 passages aux urgences et 160 000 consultations et actes sur 2016. Le gain en efficacité est donc notable. « Dégagés de la tâche fastidieuse de la recherche des droits grâce à la mise à jour en temps réel, les agents peuvent ainsi se consacrer plus facilement aux dossiers très complexes, ce qui constitue une plus grande valeur ajoutée pour l’établissement comme pour eux », précise Guillaume Chesnel. De plus, le CDRI permet de sécuriser le dossier du patient. « Avec cette solution, il ne sera pas bloqué. Nous n’aurons pas à rappeler le patient ou à l’orienter vers le service social pour se renseigner sur l’ouverture des droits », explique Mourad Attar. Depuis juin, dans le cadre de l’expérimentation, des réunions mensuelles ont été organisées entre les expérimentateurs, les éditeurs et la DGOS. « L’accompagnement du MiPih a permis d’adapter le produit à notre métier de facturation. Les informations sont très lisibles et, en bout de course, nous arrivons à un produit très positif pour les établissements », conclut Mourad Attar.

mipih, dématérialisation, national, logiciels, patient, hospitalier