Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Vers une information médicamenteuse interopérable et médicalisée

DSIH, Par Pierre Derrouch, MARDI 21 NOVEMBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Pour garantir des contenus de haute qualité aux utilisateurs de sa base de données médicamenteuses Claude-Bernard (BCB), RESIP s’appuie depuis plusieurs années sur un service scientifique. Explications.

Frederic DocCe service regroupe 25 personnes aux profils différents (médecins, pharmaciens, préparateurs en pharmacie ou managers en santé). « À chacun sa spécialité. Codage de l’information médicamenteuse et structuration des posologies pour les uns, gestion de l’information non scientifique pour les autres », explique Frédéric Doc, responsable du service scientifique de RESIP depuis huit ans. La précision réglementaire et scientifique de chaque information à l’origine des alertes aux professionnels de santé est rigoureusement contrôlée avant sa mise en production dans la base de données.

Place à la médicalisation de l’information

Le service met aujourd’hui l’accent sur la médicalisation de la BCB. « À côté des fiches décrivant les différents aspects des pathologies, nous cherchons à mettre à disposition des médecins des outils adaptés à leur pratique, en support de la prise en charge de leurs patients sur les plans diagnostique et thérapeutique », indique Frédéric Doc. Ce travail est réalisé à partir des recommandations des organismes de tutelle comme la Haute Autorité de santé (HAS) ou l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), mais aussi des sociétés savantes. Les fiches des premières pathologies sont déjà accessibles sur BCB. RESIP développe parallèlement des outils d’aide à la pratique médicale dont les premiers seront déployés en 2018.

Des bases de données interopérables

Les travaux de la HAS sur la future certification des LAD hospitaliers (logiciels d’aide à la dispensation) ont souligné le besoin d’interopérabilité entre les différentes bases de données médicamenteuses. Si cette interopérabilité existe déjà pour les médicaments, avec la norme AFNOR NF S 97-555, reste à l’étendre au champ de la prescription en dénomination commune. « BCB se conformera au référentiel MedicaBase que la HAS prévoit de prendre en compte dans une future version de l’agrément des bases de données médicamenteuses. Ce référentiel constituera une liste officielle de médicaments virtuels servant de support à la prescription en dénomination commune », annonce le responsable du service scientifique de RESIP

Pour plus d'informations rendez-vous sur www.bcbdexther.fr

claude bernard, hospitaliers, logiciels, interopérable, bcb, resip, has, médecins, pathologies, bcbdexther