Vous êtes dans : Accueil > Tribunes libres >

C’est le jour des bonnes résolutions

Cédric Cartau, MARDI 02 JANVIER 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Traditionnellement, le premier article de l’année est dédié à la fois au bilan de l’année passée et aux bonnes résolutions de l’année à venir.

Soyons honnêtes : en matière de fuite de données, piratage, phishing et autres joyeusetés du genre, on en a eu pour notre argent. Le magazine Zataz propose une rétrospective(1) des événements majeurs de 2017, y en a pour tous les goûts : factures EDF accessibles en ligne, bases de CB piratées, la société Hertz qui se prend une prune de la Cnil, en veux-tu en voilà !

Également, on est soulagé d’apprendre que le mot de passe le plus piraté de 2017 reste 123456 ! Souvent imité, jamais égalé, il trône au sommet du top 10, du top 100 et du top de ce que vous voudrez. Comme en 2013, relève le magazine Glamour Paris(2), il demeure en tête du classement.

Mais mon préféré de l’année, je suis tombé dessus il y a deux jours : il s’agit d’une tribune dans le numéro spécial de The Economist consacré au Monde en 2018, tribune signée par Kai-Fu Lee, un américain investisseur en capital-risque basé à Beijing (Chine), qui développe de façon très claire le concept OMO : Online Merges with Offline. En résumé, il s’agit de collectes de données en quasi temps réel qui permettent d’optimiser des flux physiques de type circulation automobile ou cycliste. Par exemple, en collectant en temps réel les positions et les vitesses des véhicules, le nombre d’occupants, les destinations, etc., il est possible d’optimiser un parc de véhicules, de consommer et de polluer moins, etc. C’est là tout le bénéfice de la jonction entre le monde virtuel (Online) et physique (Offline), qui se rejoignent d’une certaine manière par ce qu’apportent les données et les algorithmes. En 4 000 ou 5 000 signes, Kai-Fu Lee décrit un monde paradisiaque où les voitures ne restent pas bloquées des heures dans les embouteillages, ne restent pas en panne longtemps, ne coûtent pas cher, consomment peu, etc. Génial, non ?

Alors il est où le bug ? Il est dans le tout dernier paragraphe, la toute dernière phrase de cet excellent article, que je cite à la virgule près : « Cela nous garantira d’importants bénéfices financiers et une commodité sans précédent, mais il nous faudra trouver les moyens d’assurer la protection de la vie privée et la sécurité dans ce monde idéal. » Injecter des milliards dans des dispositifs ultra-complexes, sortir le fin du fin de la technologie, ce que l’humanité a fait de mieux en 2,5 millions d’années d’existence et d’évolution, et remettre à plus tard la question de la sécurité by design, elle est pas belle la vie ?

Allez, je vais prendre une bonne résolution : pour 2018, je promets d’essayer (essayer, pas plus quand même, faut pas pousser) de ne pas m’énerver chaque fois que je tomberai sur un Géo Trouvetou qui me sortira du chapeau la techno géniale de la mort qui tue, et me glissera à la fin qu’il n’a pas encore pensé à la sécurité du bignou.

Bonne année quand même ! 

(1) https://www-zataz-com.cdn.ampproject.org/c/s/www.zataz.com/retro-2017-fuites-de-donnees/amp/ 

(2) http://www.glamourparis.com/societe/news/articles/voici-le-top-10-des-mots-de-passe-les-plus-utilises-en-2017/58961 

sécurité


VIDAL