Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

ZOOM GHT : la parole à Patrice Large, DSI du GHT Eure-Seine et pays d’Ouche

DSIH, Propos recueillis par Pierre Derrouch, MARDI 16 OCTOBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Onze établissements constituent le GHT Eure-Seine et pays d’Ouche, soit sept hôpitaux et quatre Ehpad : les hôpitaux d’Évreux-Vernon, de Bernay, de Gisors, de L’Aigle, des Andelys, de Navarre et de Verneuil ainsi que les Ehpad de Rugles, de Breteuil, de Conches-en-Ouche et le Centre d’hébergement et d’accompagnement gérontologique de Pacy-sur-Eure. À Patrice Large d’en faire converger les systèmes d’information. Entretien.

Qu’est-ce qui vous a motivé pour occuper la fonction de DSI de GHT ?

Patrice_LargeC’est prioritairement la logique afférente à cette nouvelle politique, parfaitement calquée sur la réalité de la prise en charge des patients, qui m’a amené à occuper la fonction de DSI du GHT Eure-Seine et pays d’Ouche.

Quelles priorités avez-vous définies ?

Deux axes majeurs étaient au programme : poser le socle technique (infrastructure, réseaux), avec des annuaires et des référentiels, un EAI territorial et une téléphonie commune ; engager les sujets fonctionnels pertinents comme l’archive neutre, le portail collaboratif et le DPI médico-social unique.

Quelle est votre vision de DSI à cinq ans et à dix ans ?

J’ai la conviction que tout s’organisera, à une échéance difficile à qualifier car fortement politique, autour d’une personnalité juridique unique. De fait, aller trop vite vers une convergence de type « outils identiques » serait financièrement contre-productif, alors même que la convergence vers des outils uniques risque d’être l’objectif final.

Quels obstacles (organisationnels, techniques, humains, financiers, etc.) pour mener à bien vos projets avez-vous identifiés ?

– Les obstacles sont variés :

  • Avancer sans que les problématiques budgétaires et juridiques ne soient particulièrement clarifiées, voire statuées ;
  • Un message étatique erroné, posant comme postulat que le GHT est source d’économie, qui s’avère néanmoins exact en considérant la logique d’un investissement initial et d’un retour à moyen terme sur cet investissement ;
  • L’essentiel des établissements est en déficit. Il est alors difficile de planifier des achats sur une somme de déficits ;
  • Bâtir une équipe commune sans générer la frustration de la perte d’autonomie des établissements parties ;
  • Une frilosité des directions – avec un ressenti de perte de pouvoir et d’autonomie – alors même que les équipes médicales ont clairement compris l’intérêt incontournable du SI de territoire dans le cadre du parcours du patient.

Sur quels leviers financiers pouvez-vous vous appuyer ?

Ils sont peu nombreux. On peut citer les aides éventuelles au travers de l’appel à projets GHT (ARS/DGOS) et la mise en exergue de sujets comme la téléphonie IP de territoire.

Qu’attendez-vous des fournisseurs pour réussir la convergence des SIH ?

Ils doivent intégrer la structuration faisant de la DSI de territoire l’interlocuteur unique en évitant les interactions contre-productives avec les établissements parties.
Nous avons également besoin que les éditeurs fassent évoluer leurs solutions vers la notion de multi-établissements et qu’ils développent la nécessaire transversalité du système d’information, en lieu et place de la vision silo (SI hospitalier, SI médecin, SI HAD…).

En un mot, comment définiriez vous la fonction de DSI de GHT ?

Le DSI de GHT est un accompagnant incontournable du projet médical soignant partagé et du parcours efficient du patient, bref un expert en psychologie…

dsi, ehpad, parcours, patient