Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

ZOOM GHT : la parole à Cédric Freitas, DSI du GHT du Var

DSIH, Propos recueillis par Pierre Derrouch, MARDI 23 OCTOBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Directeur des systèmes d’information, directeur des travaux et du biomédical, directeur du contrôle de gestion ou encore secrétaire général d’une blanchisserie interhospitalière, Cédric Freitas vient d’ajouter une ligne à son curriculum vitæ. Il pilote désormais la DSI du GHT de Var, soit huit structures provençales qui vont devoir respirer une unique fragrance, celle de la convergence.

Qu’est-ce qui vous a motivé pour occuper la fonction de DSI de GHT ?

GHT_du_VARDeux aspects m’ont donné envie de prendre la tête de la DSI du GHT du Var : l’impression de participer – modestement – à une révolution industrielle et l’implication dans un domaine stimulant tant par ses possibilités fonctionnelles qu’en matière de risques (cybersécurité, captation de données, etc.).

Quelles priorités ont été fixées ?

Plusieurs priorités ont été inscrites sur la feuille de route : le soutien à la mise en place des autres fonctions mutualisées (DIM, achats), le développement d’un axe médico-technique fort (biologie et imagerie en lien avec le projet médical partagé du GHT), l’utilisation de la convergence pour combler les carences des établissements (sécurité, outils métiers absents, comme le dossier de réanimation et la gestion de rendez-vous), la mise en place d’outils palliatifs à une convergence des DMP (portail patients et ville/hôpital) ou encore le déploiement d’un serveur régional d’identité.

Quelle est votre vision de DSI à cinq ans et à dix ans ?

D’ici à cinq ans, notre socle technique (réseau, politique de stockage, politique de sécurité, etc.) devra avoir été mis en place. La convergence des fonctions mutualisées et médico-techniques devrait être achevée, et la DSI unique amorcée (RSSI, DPO, gestion de projets). Nous serons également en phase de montée en charge sur le plan des préoccupations de sécurité informatique, et la stratégie de convergence des GEF/RH/GAM/DMP aura été définie.
À dix ans, l’heure de la convergence complète des SI et d’une DSI unique aura sonné. Quant aux effets du Big data et de l’intelligence artificielle, s’ils restent difficiles à évaluer, ils paraissent inéluctables dans certains domaines (comptabilité, imagerie, systèmes experts comme la biologie). Nous serons également dans une logique de prise en compte des contraintes environnementales (coût écologique du SI, informatique durable).

Quels obstacles (organisationnels, techniques, humains, financiers, etc.) à la réalisation de vos projets avez-vous identifiés ?

L’absence de personnalité morale pour le GHT, un cadre juridique peu adapté à la convergence et des capacités d’investissement très contraintes sont autant de difficultés à prendre en compte. De même, il convient de trouver un bon équilibre entre les établissements : il s’agit de ne pas dicter la politique SI du seul point de vue de l’établissement support, sans pour autant être excessivement participatif.

Sur quels leviers financiers pouvez-vous vous appuyer ?

Nous misons sur les subventions dans le cadre d’appels à projets et les perspectives de retour sur investissement, notamment dans la gestion des consultations.

Qu’attendez-vous des fournisseurs pour réussir la convergence des SIH ?

Ils doivent être capables de prendre en compte les enjeux économiques et de casser leurs pratiques tarifaires pour s’implanter ou s’étendre dans un GHT. Ils doivent aussi être en capacité de déployer l’interopérabilité et faire preuve de sincérité s’agissant des limites de leurs solutions dans un contexte collaboratif.

En un mot, comment définiriez-vous la fonction de DSI de GHT ?

Le DSI de GHT doit être en mesure de faire passer l’intérêt du GHT avant les intérêts singuliers (établissements, fonctions et positionnements statutaires, etc.) et faire montre de patience.

dsi, directeur, sécurité, imagerie, biologie