Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

ZOOM GHT : la parole à Jean-Christophe Calvo, DSI du GHT Sud Lorraine

DSIH, propos recueillis par Pierre Derrouch, MARDI 27 NOVEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La région Grand-Est compte 11 GHT, dont celui de Sud Lorraine qui regroupe… 11 établissements. C’est Jean-Christophe Calvo qui manage la direction des systèmes d’information du groupement. Entretien avec un DSI ultramotivé qui a fait ses classes en entreprise avant de rejoindre le CHRU de Nancy en 2015, établissement pilote du GHT.

Quelle est votre expérience professionnelle ?

Jean-Christophe-CALVOAprès un cursus informatique conclu par un master de méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises (Miage) et un DESS en informatique, j’ai passé 15 années dans des sociétés de services, notamment BT et Capgemini. Mon parcours est jalonné de postes de consultant, de chef de projet, de directeur de projet et de manager.

Qu’est-ce qui vous a motivé pour devenir DSI du CHRU de Nancy et du GHT Sud Lorraine ?

L’envie de découvrir le monde de la santé et de passer du rôle de fournisseur à celui de « client ». Concernant plus particulièrement la DSI de GHT, j’ai été séduit par le challenge de construire quelque chose de nouveau dans un monde en pleine transformation.

Quelles priorités vous êtes-vous fixées ?

Il s’agit tout d’abord d’apporter un meilleur niveau de service, ce qui passe par le déploiement de solutions modernes et ergonomiques. Il convient également de faire converger fortement les solutions dans l’esprit de ce que doit être un GHT.
Autres priorités : construire une DSI adaptée aux enjeux à venir et exploiter la richesse des données existantes dans les SI pour les croiser avec la recherche et donner un socle afin d’apporter des solutions d’aide à la prise en charge automatisée des patients.

Quelle est votre vision de DSI à cinq ans et à dix ans ?

D’ici à cinq ans, la DSI aura évolué vers l’Amoa, avec un accompagnement plus fort des services. Nous allons également assister à la montée en puissance de la direction de projet.
Dans dix ans, fonctions et périmètres à faible valeur ajoutée seront externalisés. Les services métiers vont eux se rapprocher, avec des ressources SI et métiers partagées.

Quels obstacles (organisationnels, techniques, humains, financiers, etc.) à la réalisation de vos projets avez-vous identifiés ?

Nous devons composer avec les limites financières pour construire un nouveau SI tout en maintenant l’existant.

Sur quels leviers financiers pouvez-vous vous appuyer ?

Nous attendons des financements extérieurs via des programmes nationaux. Nous comptons également sur les plateformes d’achat nationales pour optimiser les prix et misons sur des solutions fournies par des acteurs régionaux ou nationaux de type Grades ou Asip.

Qu’attendez-vous des fournisseurs pour réussir la convergence des SIH ?

Les fournisseurs doivent s’associer à des intégrateurs ou monter en compétence pour enfin fournir les services que nous attendons d’eux, à savoir le pilotage et l’aide au déploiement de projets.
Ils doivent également moderniser leurs solutions pour être au niveau de la digitalisation qui a déjà eu lieu dans d’autres secteurs comme la banque ou la grande distribution.
Enfin, il leur faut industrialiser leurs solutions pour permettre des déploiements facilités et fiables en production.

En un mot, comment définiriez-vous la fonction de DSI de GHT ?

C’est une fonction particulièrement excitante.

dsi, chru