Vous êtes dans : Accueil > Actualités > >

HIT au cœur des salons de la santé et de l'autonomie 2013

DSIH, LUNDI 10 JUIN 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les Systèmes d'Information ont été à l'honneur lors des salons de la santé et de l'autonomie, qui se sont déroulés du 28 au 30 mai 2013. Ils ont été l'occasion de faire un point sur les évolutions qu'engendrent les TIC sur l'organisation des soins et sur les progrès restant à accomplir.

 

 

Les salons de la santé et de l'autonomie ont, cette année encore, montré combien les systèmes d'information (SI) progressent sur le champ de la santé, principalement sur celui de l'hospitalisation. L'ampleur que prend le salon HIT en est la preuve.

 

 

Permettre de promouvoir un parcours transversal

Certaines conférences et tables rondes étaient consacrées aux SI et ont décrit comment ces derniers sont en mesure de bonifier les organisations de santé.  Ainsi, celle intitulée « Transformer l’organisation des soins avec les technologies de l’information et de la communication (TIC) : le défi du parcours patient », nous a appris que, pour optimiser les processus, les hôpitaux devaient changer d'approche et considérer le   parcours transversal de soins plutôt qu'une approche par filières.  les charges d’exploitation des SIH représentent 1,5% des charges totales des établissements de santé et que 75% des 1 432 établissements interrogés possédaient un dossier patient informatisé.

 

 

Changer d'approche pour rattraper le retard

Mais la France a encore est encore en retard par rapport à certains de ses voisins européens. Son Emram est de 2,2, derrière les Pays-Bas (2,6450) et l’Espagne (4,2145), comme l'a annoncé Marion Boutemy, responsable des relations clients de HIMSS Analytics pour l’Europe et le Moyen-Orient. Tous les spécialistes s'accordent à dire que l’État doit maintenant mieux coordonner les nombreux projets en cours et prendre exemple sur les expériences régionales menées par les Groupements de Coopération Sanitaire. Ces derniers permettent à de nombreux établissements aux moyens limités de disposer d'outils numériques mutualisés, de PACS ou d'e-santé principalement, avec un mode de financement en SaaS ou en volume d'utilisation.

Quant aux patients, ils sont favorables aux nouvelles technologies de santé, puisque 59% d'entre eux souhaitent que leurs données médicales soient transmises aux professionnels de santé de façon dématérialisée. C'est ce qui ressort du sondage TNS-Sofres qu'a présenté la Fédération Hospitalière de France (FHF), au cours de cet événement qu'elle a organisé.

tic