Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Où en sont les Territoires de soins numériques ? (Volet 1 : eTicss)

DSIH,@lehalle, MARDI 06 SEPTEMBRE 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les cinq sites pilotes sélectionnés en réponse à l’appel à projets Territoires de soins numériques (TSN) ont une finalité commune – mettre les systèmes d’information en santé au service des parcours et de la coordination –, mais des trajectoires diverses. DSIH.fr vous propose un arrêt sur images dans chacun de ces territoires, en commençant par le Nord Saône-et-Loire où la ministre de la Santé était invitée à découvrir eTicss (Territoire innovant coordonné santé social) le 2 septembre dernier.

MTouraine_eticssMarisol Touraine assiste le 2 septembre à une présentation du programme eTicss, à Montchanin (Saône-et-Loire). De gauche à droite : Jean-Yves Vernochet, maire de Montchanin, Christophe Sirugue, député de Saône-et-Loire tout fraîchement nommé secrétaire d’État à l’Industrie, Marisol Touraine, et Gilbert Payet, préfet de Saône-et-Loire.

eTicss : une vision commune du plan personnalisé de soins

Ce sont les professionnels eux-mêmes qui ont expliqué à la ministre de la Santé, le 2 septembre 2016, l’usage et les bénéfices de la plateforme numérique de coordination qui est en train de voir le jour dans le Nord Saône-et-Loire, dans le contexte des sites pilotes Territoires de soins numériques. Cédric Duboudin, directeur de la Stratégie de l’ARS Bourgogne Franche-Comté, a rappelé, en introduction, le contexte, les objectifs et le calendrier du programme, mais il n’a pas manqué de souligner que ce sont plus de 80 professionnels de santé qui ont contribué à sa définition et, désormais, à sa construction et à son déploiement. La première version du système d’information étant disponible depuis cet été, Catherine Mazoyer, cadre supérieur de pôle au CH William-Morey de Chalon-sur-Saône, et Karine Machuron, assistante de direction à la coordination gérontologique CA2B (Coordination d’appui de la Bresse bourguignonne), à Louhans, ont pu illustrer concrètement le déroulement d’une prise en charge et d’une sortie coordonnée d’hospitalisation pour l’un des 15 premiers patients à avoir bénéficié de la nouvelle organisation.

 Repérage de fragilité

La prochaine étape concerne les actions et le suivi mis en place à la suite d’un repérage de fragilité ou de complexité par un médecin généraliste. Cette phase est synchronisée avec la constitution de la plateforme territoriale d’appui dont le Dr Didier Rondepierre, coordinateur du réseau CA2B, est l’un des principaux artisans. Originalité du territoire, en effet, la plateforme d’appui n’est pas créée de toutes pièces, comme dans d’autres sites pilotes, mais sur la base de collaborations entre les réseaux existants. L’organisation sera opérationnelle mi-octobre avec l’arrivée de son directeur et l’ouverture officielle du centre d’appel téléphonique. L’ARS estime qu’elle bénéficiera, d’ici à fin 2016, d’une file active de quelque 1 000 patients et répondra à une soixantaine d’appels par jour. L’Agence a en outre déjà envisagé d’étendre le programme au département du Doubs dès la fin du premier trimestre 2017.

Groupe Éthique

Au printemps, le groupe Éthique du projet a formalisé les premiers documents nécessaires – charte éthique et note d’information et de consentement à l’attention des patients –, comme l’a rappelé Blandine Baudin, pharmacienne à Tramayes et membre de ce groupe au sein duquel les représentants d’usagers sont très actifs. Le système d’information, dont le premier objectif est bien d’offrir aux professionnels une vision commune du plan personnalisé de soins (PPS)et des étapes clés de la prise en charge, se compose d’un dossier de coordination qui doit être interfacé avec les logiciels métiers. S’y ajouteront les services numériques d’agenda, annuaires, référentiels, etc. jusqu’aux programmes d’éducation thérapeutique. Sans oublier la liaison avec les objets connectés de santé.

Au micro, le Dr Didier Rondepierre, coordinateur du réseau CA2B. À sa droite : Karine Machuron (CA2B) et Catherine Mazoyer (CH de Chalon-sur-Saône).

territoires de soins numériques