Vous êtes dans : Accueil > Actualités > >

Une solution compacte pour les marchés dématérialisés

DSIH, LUNDI 28 OCTOBRE 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Traiter les marchés du médicament d'un bout à l'autre de la chaîne, c'est ce que réalisent Pharmatic et Europharmatic, en étendant leur champ d'action aux Dispositifs Médicaux et aux consommables en général. Nous avons rencontré Christian Caverivière, le Président de ces 2 sociétés toulousaines, pionnières dans la dématérialisation et l’intégration automatique des données hospitalières.

 

 

Christian CaveriviereChristian CAVERIVIERE: J'ai créé Pharmatic en 1993 pour lancer le logiciel Épicure, mettant ainsi à profit ma double compétence en tant qu’informaticien et ancien interne en pharmacie du CHU de Toulouse, amené à travailler dans un service des marchés. L’idée de départ était de permettre aux pharmaciens hospitaliers, en informatisant le processus, de gérer leurs appels d’offres dans de bonnes conditions de fiabilité et de sécurité. A l’aide d’Epicure, ils peuvent définir le cadre de leur marché, l’allotissement, le catalogue des besoins, pour créer le dossier de consultation destiné aux fournisseurs, avant réception et exploitation des offres de prix.

 

DSIH: Comment les fournisseurs gèrent-ils justement cette demande ?

 

C.C.: C'est pour eux que j'ai développé Eurydice en 1996, pour les aider, à l'autre bout de la chaîne, à répondre aux appels d'offres en proposant leurs produits au meilleur prix dans un contexte concurrentiel. Eurydice est donc le pendant d’Epicure, en tant qu’outil de réponse à la demande hospitalière. De la sorte nous intervenons en interface entre le donneur d'ordre et le fournisseur, c’est sans doute la clé de notre réussite et ce qui constitue notre force encore aujourd’hui. Avec la création de la société Europharmatic, en 2001, nous avons même élargi le champ d’application d'Eurydice à l'international, au prix de quelques adaptations fonctionnelles, considérant que la problématique des marchés publics était sensiblement la même en Europe et au-delà.

 

DSIH: Épicure et Eurydice se répondent en quelque sorte, mais  communiquent-ils vraiment entre eux ?

 

C.C.: Absolument. Dès 2002, nous nous sommes résolument lancés dans « l’économie numérique dématérialisée » en imaginant des passerelles de communication entre Epicure et Eurydice. C’était novateur à l’époque, puisqu’il s’agissait non seulement de numériser les marchés et de dialoguer avec les plateformes de dématérialisation, mais aussi de construire un véritable système d’intégration automatique des données concernant la demande, les offres et les résultats. Nous l’avons fait en développant et perfectionnant un format d’échanges électroniques appelé Cerbère, qui est devenu aujourd’hui un modèle d’interopérabilité.

 

DSIH: Vos outils prennent-ils en compte la problématique des groupements d'achats hospitaliers ?

 

C.C. : Effectivement nous avons construit une plateforme de gestion des groupements d’achats articulée sur un Epicure coordonnateur, permettant de mutualiser les besoins des adhérents et de rétrocéder les résultats, de stocker les documents et d’alimenter une base de produits, enfin de traiter tout type de marché tant de la pharmacie que des services économiques.

Voilà comment nous sommes devenus le leader sur ce segment, en équipant aussi bien des groupements d’importance nationale que des groupements régionaux.

 

DSIH: Quels sont vos projets à court terme ?

 

Aujourd’hui nous sommes dans une logique de consolidation des systèmes en multipliant les partenariats techniques avec différents opérateurs de la santé : éditeurs de GEF hospitalières, éditeurs des ERP côté fournisseurs, plateformes de dématérialisation ou d’e-Procurement pour la mise en place de connecteurs spécialisés. Nous développons par ailleurs de nouveaux outils statistiques et promouvons Orphée, notre logiciel de liaison entre Eurydice et les commerciaux des laboratoires. Nous participons également au projet PEPPOL pour la création d’un référentiel « produits » au niveau européen. Enfin nous passerons dès 2014 en mode « full web » avec une nouvelle gamme de services et de fonctionnalités plus adaptés au monde actuel : e-Epicure regroupera tous les types de gestion des marchés tandis qu’EurydiceWeb permettra au fournisseur de gérer une base de données entièrement mondialisée, le lien demeurant Cerbère.

 

Pour en savoir Plus : www.pharmatic.fr

logiciel, pharmatic, dématérialisation, dispositifs médicaux, médicament, national, pharmacie