Vous êtes dans : Accueil > Actualités > >

Comment les imprimantes DICOM réduisent les coûts et l'impact environnemental des systèmes d'imagerie médicale

DSIH, MERCREDI 30 OCTOBRE 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Jusqu’à récemment, réaliser un cliché médical passait impérativement par le développement sur papier argentique ou film des images prises par les équipements de radiographie, IRM, scanner, etc. ­ que l’on appelle « modalités ». Le système présentait deux désavantages majeurs : d’une part, le coût élevé de l’image et d’autre part, l’utilisation de films et de produits chimiques peu en phase avec les principes actuels de développement durable.  

Avec l’apparition de la norme DICOM (Digital imaging and communications in medicine) ­ dont l’objectif est de standardiser les données transmises entre les différentes modalités (qui proposaient jusque-là des formats propriétaires distincts), un premier pas a été franchi vers l’impression des images sur papier. En plaçant un serveur d’impression entre la machine et une imprimante laser ­ tous exploitant le standard DICOM ­ les professionnels de l’imagerie médicale ont commencé à s’affranchir des films pour imprimer l’image sur papier standard. Si l’impact écologique du système était, de manière évidente, largement réduit, les coûts d’impression continuaient d’être importants. En effet, le serveur d’impression constituait une dépense d’investissement supplémentaire, véhiculant d’autres coûts ­ maintenance, dépannage ­ sans garantir une fiabilité à 100%.

Lire la suite sur www.thema-radiologie.fr

dicom, imagerie, radiologie, medical, zebra, zebra technolologies