Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Mise en place d’une organisation régionale de la télésurveillance des patients insuffisants respiratoires en region Hauts-de-France (Communiqué)

URPS médecins libéraux Hauts-de-France, MARDI 09 OCTOBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Expérimentation de la télésurveillance médicale dans le cadre du programme ETAPES 

La télésurveillance médicale, définie par le décret n°2010-1229 du 19 octobre 2010, a pour objet de « permettre à un professionnel médical d'interpréter à distance les données nécessaires au suivi médical d'un patient et, le cas échéant, de prendre des décisions relatives à la prise en charge de ce patient ».
Depuis le 6 décembre 2016, le programme ETAPES (Expérimentations de télémédecine pour l’amélioration des parcours en santé) permet la mise en place d’expérimentations de télésurveillance, notamment pour la prise en charge des patients insuffisants respiratoires. L’objectif principal de ces expérimentations est de « fixer une tarification préfiguratrice des actes de télémédecine, permettant aux professionnels de santé de développer des projets cohérents et pertinents, en réponse aux besoins de santé et à l’offre de soins régionale ». C’est dans ce cadre que s’inscrit le projet d’organisation régionale de la prise en charge des patients insuffisants respiratoires chroniques dans la Région des Hauts-de-France initié par l’URPS Médecins Libéraux Hauts-de-France avec le concours du Dr François Jounieaux.

La promotion de la télésurveillance en Région Hauts-de-France pour faciliter le développement des usages 

L’hétérogénéité des plateformes, non interopérables entre elles, est un frein au déploiement de la télésurveillance en pneumologie car elle contraint les pneumologues à devoir s’approprier le fonctionnement de plusieurs plateformes pour assurer le suivi de leurs patients. Le projet initié en région Hauts-de-France a pour ambition de fédérer la communauté pneumologique autour d’une solution métier unique. Cette démarche présente plusieurs avantages : 

➢ Un accès simple pour les pneumologues aux informations utiles à la prise en charge de leurs patients télésuivis ; 

➢ Un portail unique pour les praticiens, quel que soit le prestataire ou le fabricant du matériel de VNI ; 

➢ Un maintien des collaborations existantes entre médecins traitants, pneumologues, prestataires et fabricants du matériel de VNI en permettant à l’ensemble des prestataires d’accéder à la plateforme de télésurveillance ; 

➢ Un algorithme commun et évolutif dans le temps, validé par et pour la communauté pneumologique ; 

➢ Une exploitation des données par la communauté médicale et les partenaires du projet, grâce à l’obtention de données médicales homogènes et comparables à l’échelle de l’ensemble de la région. 

La solution retenue est la plateforme de télésurveillance AdelSanté. Cette plateforme collecte et agrège les données de santé issues des dispositifs médicaux communicants pour les mettre à disposition des médecins, des patients et des prestataires de santé à domicile (PSAD). 

Portée par le médecin pneumologue François Jounieaux, la première phase de déploiement est réalisée au service de pneumologie de l’hôpital privé la Louvière, avec une prise en charge des premiers patients le 1er octobre 2018. Sous réserve d’un résultat probant sur le site pilote, une seconde phase de déploiement sera réalisée fin 2018 au sein de plusieurs établissements de santé publics et privés de la Région, ayant déjà confirmé leur intérêt pour ce projet. 

Les phases ultérieures de déploiement, auprès des acteurs concernés de la région des Hauts-de-France, seront pilotées par Sant& Numérique Hauts-de-France. Ce Groupement d’Intérêt Public, dont les membres sont exclusivement des professionnels de santé ou leurs représentants, a pour objet d’accompagner le déploiement des dispositifs numériques, notamment dédiés à la télémédecine, toujours dans une logique de cohérence numérique régionale.

télésurveillance, médecins, télémédecine, patient, numérique, prise en charge des patients