Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Télérégulation en EHPAD : sécurité assurée

DSIH, VENDREDI 15 MAI 2015 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Comment éviter les recours aux services d’urgences, toujours stressants pour les résidents d’EHPAD ? Avec l’appui d’une plateforme de médecins régulateurs qui disposent des données de santé, l’organisation de la permanence des soins permet d’adapter les interventions, pour la plus grande satisfaction des personnels et des patients. Témoignage.

 

Annie Beausse, directrice de l’EHPAD Notre-Dame d’Espérance, à Milly-la-Forêt, a d’emblée adhéré au projet.

 

En EHPAD, les problèmes de santé qui surviennent la nuit, les week ends ou les jours fériés sont encore trop souvent pris en charge par le SAU (Service d’accueil des Urgences) alors que ce n’est pas toujours pertinent. Quand elle a vu la possibilité d’expérimenter une nouvelle organisation de permanence des soins, assurée à distance par une plateforme de télémédecine, Annie Beausse n’a pas hésité. C’était en 2011. La directrice de l’EHPAD Notre-Dame d’Espérance, à Milly-la-Forêt, se rappelle avoir d’emblée adhéré au projet conçu avec l’Hôpital Gériatrique Les Magnolias et la société H2AD.

Dans la sérénité
Depuis, elle ne peut que s’en féliciter et admet qu’elle « ne saurait pas faire sans ». Le recours aux médecins et permanenciers de la plateforme H2AD a en effet permis de limiter les hospitalisations inappropriées, avec leur stress dû au transport et à l’attente. De surcroit, dans les situations d’urgence avérée, c’est le médecin régulateur H2AD qui gère le contact avec le SAMU ou les pompiers. « Quand l’urgentiste arrive, il a déjà recueilli toutes les informations nécessaires auprès de la permanence et il sait ce qu’il doit faire », apprécie Annie Beausse. « Dans l’intervalle, le personnel de l’EHPAD prend le temps d’imprimer le DLU (dossier de liaison d’urgence) et, surtout, il n’a pas à courir partout pour organiser la prise en charge. L’aide-soignante peut rester au chevet du patient qui conserve alors un peu de sérénité. D’autant qu’elle est guidée par le médecin de la plateforme », ajoute-t-elle.

Des protocoles définis en amont
Résultat : jusqu’à 30 % d’hospitalisations inappropriées sont évitées grâce au service de régulation. Les personnes âgées et leurs familles sont rassurées de savoir qu’elles peuvent compter sur cette organisation et elles y adhérent dès l’entrée dans la maison de retraite. Mais la ré assurance vaut aussi pour le personnel qui n’hésite pas à prendre conseil auprès des régulateurs dès qu’il l’estime nécessaire. L’intervention des médecins et permanenciers de la plateforme est préparée par l’élaboration, en amont, des protocoles définis avec le médecin coordinateur de l’EHPAD et la direction médicale des Magnolias, qui porte le projet global de télémédecine, TMG91, dans lequel s’inscrit cette organisation (1). La qualité de la régulation à distance repose sur l’utilisation du D2P, dossier médical du résident qui contribue à l’évaluation de la situation. Tensiomètre et oxymètre connectés complètent les solutions mises à disposition de l’EHPAD et garantissent, par une transmission directe des constantes cliniques, qu’il n’y ait pas d’erreurs de saisie ou d’interprétation des résultats.

Partie intégrante de l’offre de soins
L’Agence régionale de santé d’Ile-de-France finance TMG91 pour trois ans et a chargé l’URC-Eco, Unité de recherche clinique en économie de la santé d’Ile-de-France, d’en évaluer les résultats. Mais il ne fait déjà pas de doute, pour Annie Beausse, que les bénéfices sont bien là. Outre le volet de télérégulation, TMG91 a permis de doter l’EHPAD d’une salle de télémédecine pour réaliser des téléconsultations programmées, pour les résidents, et des télé expertises, entre médecins. « Grâce à la téléconsultation, nous réalisons un bilan gériatrique, support du projet personnalisé de soins, dès que nous accueillons un nouveau résident. C’est devenu un préalable incontournable et je dois dire, souligne Annie Beausse, que les résidents eux-mêmes y participent activement sans se montrer gênés par la caméra ou l’écran de télémédecine ». A Notre-Dame d’Espérance, la télémédecine fait désormais partie intégrante de l’offre de soins. Avec succès. Au point que la directrice de l’EHPAD se prend à rêver que les patients du SSIAD, qu’elle dirige par ailleurs, bénéficient, à terme, des mêmes solutions…

(1) Lire aussi : Aux Magnolias, la téléconsultation s’inscrit dans une dynamique d’innovation
 http://www.dsih.fr/article/1395/aux-magnolias-la-teleconsultation-s-inscrit-dans-une-dynamique-d-innovation.html

A propos de H2AD
Créée en 2004, H2AD est une organisation médicalisée de télésanté et télémédecine opérant sur le secteur du maintien à domicile, du suivi à distance des maladies chroniques et de la perte d’autonomie.

Elle mutualise le savoir-faire en recherche et développement de ses collaborateurs, ingénieurs et médecins, pour offrir une organisation et des solutions opérationnelles de télémédecine 24h/7. L’expertise d’H2AD permet d’acquérir, de traiter, de partager et d’héberger des données de santé 24h/7 à l’aide d’un chaînage humain, logistique, médical et sécurisé, grâce à une plateforme médicalisée de régulation, de coordination et de conseils médicaux.

  • H2AD est agréée «Hébergeur de données de santé à caractère personnel»
  • Son dossier « D2P », cahier de transmission médico-social a été agréé DMP compatible en 2012 par le ministère de la Santé.

 H2AD utilise son expertise dans le domaine informatique et médical pour proposer prochainement un système décisionnel comportemental pour traiter l’information issue des objets connectés, dispositifs médicaux, Big Data et capteurs HomeCare.

http://www.h2ad.net/ 

Camille DESMOULIN : +33 (0)4 77 53 58 70 / rp-presse@h2ad.net 

ehpad, sécurité, télémédecine, h2ad, télésanté, médecins, données de santé